Recommandations

Taille du texte > Agrandir | Réduire




Recommandations aux protecteurs

Utilisation de la cage-piège :

Mise en garde : si certaines cages-pièges (assez mal conçues au demeurant, voire dangereuses,) sont en vente libre dans certains magasins, il n’en reste pas moins que leur utilisation est interdite aux personnes non habilitées.

Nous prêtons des cages de capture, et la capture est effectuée sous la responsabilité d’un bénévole titulaire du certificat de capacité et ayant reçu délégation particulière pour un cas précis. La cage-piège ne doit en aucun cas être laissée sans surveillance, qu’elle soit installée sur le domaine public ou dans un lieu privé. Il convient de déposer la nourriture, appétente (thon au naturel par exemple pour les chats les plus méfiants), en petite quantité, à même le plancher de la cage, sans récipient, même en carton. Dès que le chat est pris, recouvrir la cage avec une couverture pour plonger le chat dans le noir, ce qui diminue sa peur. Aller aussitôt déposer le chat chez le vétérinaire si le cabinet est ouvert. Si la capture intervient en dehors des heures d’ouverture du cabinet, (entre 12h et 14h ou après 19h) rentrer la cage dans un garage ou un sous-sol, jusqu’à l’heure d’ouverture, puis déposer la cage chez le vétérinaire dès l’ouverture : 14h ou 8h le lendemain matin en cas de capture après 19h. La cage-piège est un outil précieux mais, mal employée, elle peut devenir dangereuse. Ne pas oublier que la capture cause chez le chat un stress important, qu’il faut réduire le plus possible.

Il est bon de déposer également chez le vétérinaire une cage de transport vide, dans laquelle il pourra mettre le chat après l’opération.

Aller rechercher le chat le plus tôt possible : heure à demander à la clinique en déposant le chat. Pour le transport du retour, remettre la couverture. Poser la cage de transport ou la cage-piège à l’endroit exact où l’on a capturé le chat. Soulever un coin de la couverture et laisser le chat se repérer, puis ouvrir la cage, après avoir disposé de l’eau et un peu de nourriture un peu plus loin, de telle sorte que le chat puisse avoir vu les gamelles avant de sortir. Certains chats se ruent dehors, d’autres hésitent : les laisser faire, ne pas les forcer à sortir.

Conduite à tenir avec le vétérinaire (et son assistante)

Les vétérinaires qui collaborent avec nous ont accepté, parce qu’ils ont l’esprit « protection animale », les tarifs très bas que nous pouvons acquitter. Par ailleurs, le travail qu’ils font pour nous est souvent ingrat (il est bien plus difficile de s’occuper d’un chat sauvage, par exemple, que du minou dorloté par ses maîtres). Aussi, ne lui faites pas perdre de temps avec des bavardages ou des récits inutiles. Il faut donner les renseignements dont il a besoin et c’est tout. Passez sous silence votre dévouement : lui aussi se dévoue. Soyez discrets, mais sachez remercier gentiment en venant récupérer le chat. Seul cas où il faut expliquer, mais toujours brièvement : lorsque le chat est apprivoisé, en bon état et manipulable. Il faut alors que la clinique connaisse la raison pour laquelle nous avons fait les bons (recueil des 15 chats de la vieille voisine qui vient de décéder alors qu’il n’y a pas de place au refuge par exemple…)

Chats ne pouvant être remis sur leur lieu de vie :

Lors du passage chez le vétérinaire, il arrive que le praticien découvre quelque chose qui empêche le retour sur le site du chat : fracture d’un membre, cécité etc… En ce cas, le vétérinaire prend contact avec nous et le chat est accueilli, le temps nécessaire à sa guérison ou définitivement, dans le petit refuge de « Charlotte et les autres… » ou au refuge des Cailloux (refuge de la S.P.A. de Dijon). C’est le vétérinaire, et non le protecteur, qui décide que le chat ne peut être remis sur son lieu de vie.

Nourriture et abri

Les chats doivent être nourris au moins une fois par jour, de préférence dans des lieux appartenant au protecteur. Ne jamais nourrir chez un voisin, même s’il s’agit d’un terrain à l’abandon, sans son accord préalable. Dans les rares cas où l’on est obligé de nourrir sur le domaine public, choisir un endroit très discret, qui ne se trouve pas à la vue des passants. Utiliser toujours des récipients présentables (et les retirer lorsque les chats ont mangé s’il s’agit du domaine public). Bannir les assiettes en carton qui s’envolent, les vieilles casseroles etc…

Les gens qui n’aiment pas les chats

Si vous suivez bien nos conseils, vous n’aurez pas, en principe, d’ennuis avec eux. Dans le cas d’un voisin acariâtre, ne lui reprochez pas de ne pas aimer les animaux : c’est son droit. Ne vous disputez pas avec lui : on ne change pas les gens, et ce n’est pas en vociférant qu’on obtient que quelqu’un renonce à ses convictions. Soyez aimable au contraire, demandez-lui de quelles nuisances il se plaint et expliquez-lui que vous êtes en train de résoudre son problème : les chattes opérées ne feront plus de portées, les chats castrés ne marqueront plus leur territoire. Si les chats ont gratté ses semis de carottes, offrez-lui un sachet de graines avec vos excuses etc…

Peu à peu, à force d’amabilités, vous parviendrez même peut-être à en faire un allié. Au minimum, il hésitera beaucoup avant de nuire aux chats si vous êtes en bons termes avec lui, alors que des propos peu amènes ou des querelles l’inciteront à entreprendre des actions contraires à l’intérêt des chats.

Le recours à la Mairie : faute fréquente à éviter absolument

Le maire n’est pas tenu de sauver les chats ; il est tenu d’assurer la tranquillité de ses administrés et a obligation de mettre ou de faire mettre en fourrière les animaux errants. S’il reçoit des plaintes ou si vous l’ennuyez avec vos histoires de chats, il risque de régler le problème, tout-à-fait légalement, en faisant intervenir la fourrière. Or, étant donné le nombre immense de chats qui vagabondent, fourrière signifie la plupart du temps capture suivie d’euthanasie. De grâce, et dans l’intérêt des chats, laissez les élus en paix. C’est à notre association qu’il appartient d’intervenir auprès des municipalités, au rythme où nous pouvons le faire et dans l’ordre que les circonstances nous dictent et surtout en toute connaissance de cause.

Décès des chats dont nous avons pris en charge la stérilisation et le tatouage :

Nous prévenir par courrier pour que nous fassions les formalités administratives nécessaires. Indiquer la cause du décès, les circonstances, la date.

Adoptions éventuelles :

Les chats opérés et tatoués par « Charlotte-et-les-autres… » sont la propriété de l’association et seule l’association peut décider du transfert de propriété.

Si vous souhaitez un jour adopter un des chats que vous protégez, ou si une personne de votre connaissance en manifeste le désir, nous en serons heureux, mais avant de confier le chat, écrivez-nous pour nous faire part du projet et nous donner les coordonnées du candidat à l’adoption. Nous prendrons contact avec lui et procéderons à cette adoption si c’est l’intérêt du chat.

FacebookTwitterGoogle+Email
Retour en haut